Concerts

Dead Sexy Inc (Berlin) + Meilein (Dijon)
31 mai : Cabaret L’Escale (Migennes)
1er juin : Le Deep Inside (Dijon) / Soirée Glam-rock (Bowie tribute) en partenariat avec l’association Magna Vox

DEAD SEXY INC
ElectroPunkrockers migratoires, les Frenchies Dead Sexy ont commencé sous le soleil brulant de Los Angeles. Ils signent rapidement avec le label Californien Cleopatra et sortent en 2004 leur premier Ep « Break Me » produit par Paul PK Kendall (Nin, Recoil…). L’année suivante ils tournent le road movie “We had a dream” pendant leur périple à travers les Etats Unis. Un voyage entre Los Angeles et New York dont ils tirent un film et une bande originale, co-produit par Agnes B/Lovestream et Save Ferris (on y retrouve entre autres Jonas Mekas, Thurston Moore, John Giorno, Greil Marcus, J.G Thirlwell, Larry T…). Ils se produisent un peu partout dans le monde en concert ou Djset ( Decadence Tokyo, ElectroClash fest New York, ICA Tate Londres…), puis ils reviennent s’installer en Europe, deviennent Dj résident au mythique et défunt Club Le Pulp et enregistrent à Paris leur deuxième opus « Kamikaze » qui sort en 2008 chez Enragés Prod. On y croise entre autres Maurice Dantec qui signe les paroles du titre Black Box Baby et apparaît dans le vidéo clip, Nicolas Sirkis pour un duo, ou encore Mickey Blow (johnny Thunders, Little Bob…) en guest à l’harmonica… Puis les Dead Sexy repartent sur les routes, jouent dans de nombreux festivals et clubs (SXSW d’Austin, au CMJ de New York, Mao Club Beijing, Fest de Bourges, CMW Toronto, Emagic Fest Bucharest …), ouvrent pour Peaches, Miyavi, Vitalic, Einstürzende Neubauten, Sigue Sigue Sputnik …Le groupe Indochine les invitent à remixer 2 de leurs titres, et les emmènent sur 14 dates de leur tournée… En 2014 ils sortent leur troisième album intitulé « Rodeo Boys » enregistré entre la France et Berlin leur nouvelle ville d’adoption. Un album au mélange détonant de « dirty beats » et de riffs hypnotiques, de tubes dancefloor et d’hymnes electro punk. Entre le tribute à la nuit berlinoise du Berghain « Panorama »), le GlamRock acéré de “Lonesome Poupée” ou les retrouvailles avec la new wave (« Slow motion »). Produit par Mazarin (No One Is Innocent), Dimitri Tikovoi (The Horrors, Placebo…), mise en image par la japonaise Akiko Miura qui signe le portrait rose manga de nos chers excités… « Rodéo Boys » nous ouvre de nouvelles portes sur l’univers de Dead Sexy, une bande de Runaway Boys nourris au poison d’Iggy, de Ziggy et d’Alan V, à l’essence du punk, de la 808 et du 666…

MEILEIN (Dijon)
« Formé fin 2013, le duo MeiLein naît d’un défi que se lancent deux copines désireuses de fusionner leurs expériences et leur créativité musicale. Influencées par les mouvements goth, punk, new wave des 70s et 80s, leurs compositions sont très vite mises à l’épreuve du live. Chez elles, pas de règles. Si la basse vibre continuellement, leurs voix se retrouvent, se séparent, s’entremêlent…les autres instruments viennent ponctuer des histoires, développer des atmosphères propres à leur univers.  » http://www.facebook.com/Meilein-545501752230925/?fref=ts

MORNING DROPS + KASOAR 
Benjamin Grivot + Clara Vidal-Rosset et Clémence Chartenet
Hôtel de Vogüé (Dijon) : samedi 05 juin 19h30

MORNING DROPS
Morning Drops est un groupe composé de Thaï Binh Phan-Van, Benjamin Grivot et Morgane Macé. Formé au début de l’hiver 2015 à Dijon. Marqué par une identité rock psyché aux influences variées, allant du rock shoegaze à la dream pop. Leur univers laisse entrevoir un paysage sonore éthéré et céleste, au travers des guitares électriques et des mélodies de chant. Leurs compositions aux rythmes progressifs, nous transportent comme dans un plan séquence qui se prolongerait à l’infini, pour délivrer une musique quasi cinématographique.
https://www.facebook.com/themorningdrops/timeline

KASOAR
La douceur obsédante du rock psychédélique des 60’s/70’s. La dureté machinale du rock underground des 80’s. Il n’en fallait pas moins au trio dijonnais Kasoar pour donner à leurs compositions un cosmos sonore illusoire pris entre des rythmes hypnotiques parfois cinglants, nous sortant alors de nos songes. S’abandonnant à leurs visions mélodiques: la rencontre percutante des voix (de Thomas S. et de Charles D.) et de leurs textes cathartiques sondent nos âmes et leur insufflent l’universalité réconfortante et libératrice de l’exquise confusion dans laquelle ils nous avaient plongé.
https://www.facebook.com/kasoar/timeline

Soirée carte blanche à Joël Hubaut « dire des mots égorgés »
Mr Marcaille / Ingrid Luley et Jive Biquette
Le Deep Inside (Dijon) jeudi 09 juin

Mr MARCAILLE :
One man Band Heavy Freaks Cello, des pieds pour frapper, des mains pour jouer, des cordes pour hurler

INGRID LULEY
Alliages inflammables de type inclassables, ses chansons et celles qu’elle emprunte des autres nous projettent dans un univers spatial et spacieux. Mi-clown, mi-féline, récidiviste underground, Ingrid Luley glisse avec souplesse du chien au charme sur des boucles électro pop-rock.

JIVE BIQUETTE
Jive Biquette (Christophe JEAN) est né à Cherbourg en 1970 il vit et travaille à Paris.
Collabore au collectif d’artiste Station MIR (Herouville St Clair) .puis s’installe à Paris
Collabore avec des artistes plasticiens et musiciens (Cyril Lepetit, Joël Hubaut , Véronique Boudier, Eric Madeleine , Docteur Courbe , Loïc Connanski, Ingrid Lulley…), accompagne des performances, films d’art , tour de chant, et habillage de documentaire…. Son travail est à la lisière du DJ et de la composition, plus attaché à la création sonore qu’à la composition mélodique ,son principal instrument étant l’informatique

CONCERT HOBOKEN DIVISION (Nancy) + the Hillbillies
Le Deep Inside (Dijon), 20 mai 2015 à 21h

Chaque terroir donne naissance à sa musique, si comme à Détroit le rock garage s’est développé sur les cendres d’une cité industrielle, la Lorraine et ses hauts fourneaux connaît son lot de rockeurs. Le duo Nancéen Hoboken Division, composé de Marie Rieffly et de Mathieu Cazanave, est de cette coulée-là, leurs chansons nous laminent comme des pièces incandescentes. La guitare slide de Mathieu associée à la voix rauque, chaude de Marie crée une musique lancinante, animale, mécanique et compulsive. Tordant le cou à l’idiome blues, ils y associent une esthétique Rock n’ roll, à l’image de leurs influences : Jon Spencer Blues Explosion, ou encore R.L Burnside, Iggy Pop et Left Lane Cruiser. Si le Blues du delta leur sert indéniablement de base, c’est bien dans l’énergie d’aujourd’hui qu’ils puisent leurs compositions, sans jamais tomber dans la nostalgie ou la copie.