Concerts

I like to score – Shuffle

Un concert organisé par Why Note
samedi 30 avril 2011 à 18h
Gratuit
Le Consortium

performance musicale par les musiciens de la Générale d’Expérimentation inspirée par l’œuvre de Christian Marclay (75 cartes à jouer).

« Ces dix dernières années j’ai photographié les signes musicaux que j’ai trouvés dans la vie de tous les jours. Les symboles musicaux sont souvent utilisés comme décoration ou comme emblème traditionnel pour signifier la musique. Ils ornent le auvent du disquaire, le mur du club ou la poignée de porte du magasin d’instruments de musique. Mais ils peuvent aussi se trouver dans des contextes non musicaux comme la mode et la publicité. Ces notes ne sont pas créées par des compositeurs mais par des graphistes, des illustrateurs et des décorateurs, elles contiennent donc souvent des erreurs, manque d’information basique, sont incomplètes ou non. Elles n’ont pas besoin d’être correctes parce qu’elles sont des symboles ; elles représentent l’essence de la musique, pas des notes spécifiques. Leur originalité me rappelle les partitions de musique expérimentale : elles sont leurs cousines kitsch. On peut aussi les utiliser comme une méthode pour jouer de la musique et j’espère que ces images révéleront des sons, des rythmes et peut même des mélodies incroyables »

Ce jeu de cartes peut être utilisé comme une partition musicale. Mélangez le jeu et tirez vos cartes. Créez une séquence avec beaucoup ou peu de cartes, comme vous le souhaitez. Jouez seul ou avec d’autres. Inventez vos propres règles. Les sons peuvent être exprimés ou simplement imaginés. (Christian Marclay – notes au dos du jeu de cartes Shuffle)

Les Musiciens de la Générale d’Expérimentation jouent cette œuvre régulièrement depuis 2010. Pour la performance dans le cadre de One+One, ils établissent de nouvelles règles du jeu : ils s’installent au milieu du public présent dans la grande salle de la galerie d’art contemporain Le Consortium, et jouent les cartes qui leur sont données par les spectateurs eux-mêmes.

I like to score - Shuffle, Le Consortium, 30 avril 2011

Cords

Marion Berry
samedi 30 avril 2011 à 18h
Gratuit
Le Consortium

Il y a dans l’histoire du Rock’n’Roll, des événements fondateurs, inauguraux, symptomatiques. L’une d’elle raconte que, dans les années 1950, Jerry Lee Lewis mit le feu à son piano à l’aide d’une bouteille de Coca-Cola remplie d’essence, et qu’il joua « Great Balls of Fire » jusqu’à ce que le piano devienne cendres. En septembre 1964, Pete Townshend, guitariste/chanteur des Who, casse la tête de sa Rickenbacker en la projetant contre le plafond bas du club londonien le Railway Hotel. Pete poursuit alors spontanément la destruction de sa guitare en explosant le corps complet de l’instrument sur la scène, perforant les amplis avec le manche, provocant d’improbables effets sonores. « Basically… [guitar smashing is] a gesture which happens at the spur of the moment. I think with guitar smashing, just like performance itself, it’s a performance, it’s an act, it’s an instant 1. ». C’était le geste inaugural d’une posture qui devint un des poncifs du Rock’n’Roll : détruire son instrument. (extrait du texte de Julien Blanpied, “Le bruit qui pense”, publié dans le journal horsd’œuvre n°27)

Cette performance crée une pièce sonore à partir du démontage d’une guitare électrique. “En m’inspirant de la dimension sacrée que prend l’instrument de musique dans la société et de la fétichisation du corps du musicien lors de l’acte musical, en particulier dans les concerts de rock, je cherche à réinvestir le statut de l’objet instrument et celui du corps du musicien. Deux corps sonores sont ici représentés, qui se prolongent l’un l’autre.”

Marion Berry, Chords, Le Consortium, 30 avril 2011

Shoot me : come together

Bertand Kelle et aPPareil (elekrautpop)
samedi 30 avril 2011 à 18h
gratuit
Le Consortium

Duo constitué par Usher et Scavone H., tous deux issus de la scène new-wave et post rock française (Norma Loy, Untel, Die Puppe &), Appareil combine tonalités industrielles, 80‘s, krautrock, en alternant chansons hypnotiques et morceaux organiques. À l’occasion de la sortie de leur 2 titres vinyle, Bertrand Kelle se joint à ce duo pour un concert performance. Shoot Me : Come Together, propose de révéler musicalement le sens initial du morceau des célèbres Beatles. Le Shoot Me susurré à l’origine par John Lennon se voit ici amplifié. Le set d’APPAREIL sera un set inédit, avec une orientation particulière : celle du Remix of Pop History, revisitant et transmutant les grandes révolutions dans l’approche pop et musicale, des Beatles à Insturzende Neubauten (en passant par Can, Faust, Jesus and The Mary Chain, TG) au travers de leurs derniers travaux sonores.

Plus d’info : Myspace de aPPareil

Shoot me, Bertand Kelle et aPPareil, le Consortium, 30 avril 2011

Rock your party !

We are beautiful, Buddy Chessman et Hellvinz & Alpha Blondo, Mr Duterche
Une soirée organisée par La Péniche Cancale sur une proposition de ONE+ONE
samedi 7 mai 2011 à 21h – 8/5 et 3€
La Péniche Cancale

Apéro : Démonstration de danse rock sur les disques de Buddy.
proposée par l’école de danse AtoutDanse Joël Vélon dispense des cours de danses de société à Dijon depuis plus de 20 ans. Au départ très orientés sur le Rock’n’roll, le Rock acrobatique et le Boogie-woogie, les cours se sont ensuite diversifiés vers les danses de couple : Valse, tango, paso-doble, et les danses latines : chachacha, samba et depuis dix ans : Lindy-hop, Salsa et les danses de société, danses Country-Western en particulier.

Buddy Chessman et Hellvinz & Alpha Blondo.
Après avoir participé à de nombreuses aventures musicales, Hellvinz et Alpha Blondo se retrouvent pour un duo acoustique délivrant un folk trash des plus rafraîchissant. De Johnny Cash à Norman Blake, ils recadrent les classiques à leur sauce : harmonica enroué et asthmatique, guitare slide sortie de l’enfer du bayou, contrebasse aux accents psychotiques. Du folk mais 666% trash.
“Chanteur, poète, écrivain sur l’histoire du rock’n roll et de la country musique (et aussi sur l’histoire de l’art).
Enseignant en musicologie à l’université de bourgogne. Diplômé haut niveau en bricolage destructif.
Perdeur professionnel d’objets en tous genres. “ Juliane Rose

Rock your party, Buddy Chessman et Hellvinz & Alpha Blondo, La Péniche Cancale, 7 mai 2011

We are beautiful.
Ce nom, qui pourrait être si dur à porter, ils peuvent l’arborer en toute fière modestie ! Leurs chansons exhalent un parfum de Grosse Pomme décademment acidulé, toujours sur le fil du rasoir, tranchantes et apaisantes tour à tour. Ces perles de pop urbaine mutante, portées par des guitares expressionnistes, une basse hiératique et sensuelle, un batteur pour qui l’adjectif imperturbable semble avoir été inventé et des nappes de claviers sixties-new wave (si ! si !) vous propulseront au cœur d’un film où il s’agirait de sauver la dernière danse avant la chute dans l’Histoire. Et il y a les voix !

Le guitariste, à jamais enfermé dans un monde de murder ballads électrifiées (comme on dit d’une clôture).
La bassiste, little girl lost meets the darker rockers uptown, plastique inévitable, voix fragile et ingénument perverse, vous fera accepter, sans l’ombre d’un doute, d’abandonner tout contrôle et de la suivre jusqu’au fond de l’océan où la délivrance émotionnelle, enfin, viendra… ou pas !
Ces gens ont du goût (entendre leur version héroïnomane de la brûlante déclaration du Killer), ces gens ont du talent, ces gens ont QUELQUE-CHOSE !

WE ARE BEAUTIFUL ? YOU BET THEY ARE !

Plus d’info : Myspace de We are beautiful

Mr. Duterche after mix.
Les Rockers resteront danser à la party !
De retour pour réaliser vos fantasmes les plus fous (twister en buvant une suze, jerker des genoux, surfer sur le bar etc…), Mr Duterche se ramène avec une sélection de 45t originaux de l’underground 60’s et nous replonge dans cette époque où l’on découvrait le sexe à plusieurs, où les filles mâchaient du chewing gum en mini jupe pendant que les gars se battaient pour un Vespa, oui m’sieurs-dames.

The Magnetix
Thee oh sees

un concert organisé par La Vapeur
mercredi 11 mai 2011 à 20h – 13/10/5€
La Vapeur

The Magnetix
À ceux qui s’étendent en nostalgie lettrée sur le désert du rock en France, merci de fermer Rock’n’Folk, merci d’éteindre la TV, merci de débrancher vos cerveaux, merci d’enfiler un vieux T-Shirt crade et le slip délavé, la fureur au bout de la rue, c’est encore possible.

Plus d’info : Myspace de The Magnetix

Thee oh sees
Fondé en 1997 par John Dwyer (Coachwhips, The Hospitals…) Thee Oh Sees est aujourd’hui un quatuor formé de John (guitare / chant), Brigid Dawson (clavier / chant), Petey Dammit (deuxième guitare) et Mike Shoun (batterie). Après 7 albums parus sur différents labels, ils sortent leur 8ème opus Help sur In The Red. L’album rafle la mise dans la catégorie « meilleur album garage de l’année » dans de nombreux journaux et sites spécialisés. Ils se moquent du succès, de la gloire sauf si cela arrive par la musique qu’ils ont envie de faire. Énergique et primitive, leur musique est un parfait mélange de garage « crampsien » et de mur du son à la Phil Spector le tout saupoudré d’indie touch.

Plus d’info : Myspace de Thee oh sees

DBTS + Bertrand Kelle (Rock Electro Noisy)
Bold notion of nine (Shoegaze)

samedi 14 mai 2011 à 21h
Gratuit
Deep Inside

DBTS est un groupe dijonnais dont la bande son est influencée par les mouvements noisy, shoegaze, coldwave ou encore electropunk. Dans Pop disaster, leur première autoproduction sortie en janvier 2011, l’enregistrement est délibérément bricolé, fait maison : le joli, le léché ne les intéresse pas. Le son des guitares est grossièrement ébauché, sale, pris sur le vif, contrecarrant une rythmique électronique froide et préprogrammée. Les compositions jouent sur cette tension entre un matériau technologique rigide, répétitif, presque monotone, et une imagination gestuelle plus expressive, débordant souvent l’espace imparti et résolument tournées vers un raboteux all-over noisy. Les textes sont rares, présents cependant s’ils apportent une ampleur nécessaire à la composition. Ils explorent des réalités où se côtoient paysages urbains, violence, humour noir et pornographie.

Plus d’info :
Site de DBTS
Facebook de DBTS

Bold notion of nine, jeune trio bisontin « guitare basse batterie » avec deux chants empreints d’une bonne culture pop anglaise, bold notion of nine fait preuve d’une étonnante maturité dans la maitrise de son univers sonore entre pop maintstream à la depeche mode et shoegaze planant version my bloody valentine. Sans s’affoler, le groupe installe une atmosphère singulière sur chacun de ses titres et amène, avec une timidité pertinente, le spectateur à construire son introspection musicale. Le voyage commence maintenant… (Le Bastion)

Plus d’info : Myspace de Bold notion of ni